Pourquoi je suis partie faire un tour du monde ?

J’avais un travail intéressant. Des responsabilités. Un salaire plus que correct. De nombreux congés me permettant de voyager régulièrement.

Et pourtant, j’ai tout quitté…

“La vérité, c’est qu’on ne sait comment nommer ce qui vous pousse. Quelque chose en vous grandit et détache les amarres, jusqu’au jour où, pas trop sûr de soi, on s’en va pour de bon. Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu’il se suffit à lui-même. On croit qu’on va faire un voyage, mais bientôt c’est le voyage qui vous fait, ou vous défait.”, Nicolas Bouvier, L’usage du monde

faire un tour du monde

Alors pourquoi cette envie de partir longtemps ?

Avec le temps, je suis complètement devenue boulimique de voyages. A peine rentrée, je pensais au suivant… Je n’étais jamais rassasiée. J’étais toujours frustrée de rentrer sans avoir vu tout ce que je voulais. De devoir courir pour voir le plus de choses possible en un minimum de temps. De devoir rentabiliser au maximum mes vacances, mon billet d’avion. J’avais toujours envie de partir plus, plus loin, plus longtemps.

Chaque retour devenait de plus en plus difficile à gérer. La déprime de rentrée devenait de plus en plus intense. Je me rendais compte peu à peu que j’étais malheureuse dans ma vie de parisienne, enfermée dans un bureau. Je manquais d’espace dans mon appartement. Je ne comprenais plus où cette vie allait me mener. J’avais l’impression d’avoir emprunté un tunnel sans fin, de ne pas voir la lumière au bout.

Et je ne me voyais pas poursuivre encore des années comme ça, avec cette sensation de ne pas profiter assez de ma vie.

san francisco

 

Le moment où j’ai décidé de partir faire un tour du monde

Un jour, au retour de voyage de Tanzanie, ma décision était prise. Il fallait que je prenne le large. Que je parte longtemps. Que je me libère des chaînes qui me retenaient à Paris. Bref, que je parte pour un voyage au long cours. Rien qu’à l’idée, des centaines d’itinéraires se traçaient déjà dans ma tête. C’était vraiment ça qu’il fallait que je fasse. Pourquoi n’y avais-je pas songé avant ?!!!!

Je n’envisageais pas de partir seule au début. Je voulais absolument avoir quelqu’un avec qui partager ce projet fou. Mon compagnon de l’époque ne se sentait pas prêt à tout lâcher. Il avait sa carrière. Moi mes rêves.

Et finalement je suis partie en solo…faire un tour du monde

Un jour, j’ai réalisé que mon rêve de partir longtemps était bien plus fort que tout le reste.

Il était hors de question d’y renoncer. Quelques mois après y avoir songé la première fois, une séparation douloureuse plus tard, j’ai prononcé cette phrase : ce tour du monde, je vais le faire toute seule. Et une fois que j’ai une idée en tête, je suis incapable de la lâcher. Ça devient vite une obsession. J’étais décidée à le faire, coûte que coûte. Peu importe que personne ne suive. C’était comme une évidence. Je partirai.

Et ce voyage ne serait que pour moi. Mon rêve. Mon défi. Ma folie…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2015 © Blog voyage MaGlobetrotteuse - Tous droits réservés